Les titres se jouent parfois des spectateurs : paradoxalement, Violence lointaine nous invite à considérer la violence d’un peu plus près. Natifs de pays où la brutalité physique et intellectuelle s’éprouve au quotidien, DeLaVallet Bidiefono et Omar Ghayatt ont ressenti le besoin de redonner un aspect tangible à cette violence. Cette violence qui inonde quotidiennement nos écrans et nous parait pourtant chaque jour plus lointaine. Comme si la multiplication de son exposition l’avait faite basculer du côté de la fiction. Pourquoi un tel écart entre la violence vécue et sa représentation ? Au côté du compositeur Maxime Denuc, le danseur congolais et le performeur égyptien se saisissent à bras-le-corps de la question. Loin de la narration et de l’illustration, leur spectacle procède par impressions, par superposition de motifs. Sur un plateau où règne le chaos, les tableaux se succèdent, dessinant un paysage sonore et corporel sous tension. Un théâtre de l’image et de l’oreille qui touche au ventre et parle au-delà des mots.

Violence Lointaine

50 min Dance / Performance

Conception et interprétation : Omar Ghayatt, DeLaVallet Bidiefono et Maxime Denuc

Chorégraphie : DelaVallet Bidiefono / scénographie : Omar Ghayatt / Création sonore : Maxime Denuc  /  Assistanat à la direction artistique : Tarek Shalaby

Avec la participation de Emilie Boudet, Laura Calmes, Ludovic Camdessus, Alix Denambride, Manuel Diaz, Pauline Doré, Sarah Fastame, Vincent Mahé et Edwige Poutot.

Production : Studio Moroni et Cie Baninga.

Co-production : Institut Français du Congo (Brazzaville), Festival D-CAF (Le Caire), Les Bancs Publics (Marseille).

Avec le soutien de la Ville de Bern, le Canton de Bern, SüdKulturFonds et l'Institut Français, du Ministère de la Culture égyptien et du Bureau Culturel de l'Ambassade d'égypte en France

remerciements : Le Merlan - Scène Nationale à Marseille

Distribution

Press

Biographies

Dates

©

Contact: info@ghayatt.com  +41 (0) 78 619 68 31